Partagez | 
 

 « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sven J. Ohlsson
Svenou sauvage Ϟ
apprenti nounours du Nono apprivoisé
avatar

J'ai : 22 né le : 20/10/1994
Féminin
→ Barge depuis : 14/07/2012
→ Messages : 790
Absence : Activité ralentie.


MessageSujet: « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.   Dim 9 Sep - 21:28



« in too deep ... »


S’il y avait bien une chose dont Sven était sûr en sortant de chez lui ce soir-là, c’était bien qu’il allait trouver des ennuis. Et d’ailleurs, n’était-ce pas pour cela qu’il sortait ? … Hmm non, pas vraiment, je vous le conçois. N’empêche qu’il était assez suicidaire pour pointer son nez hors de chez lui alors qu’il était intimement persuadé qu’il allait se faire castagner. Ou bien attaquer. Ou que sais-je encore. Mais notre suédois était comme ça ; inconscient du risque, complètement insouciant. Il s’était dit que peut-être Nolan ne dormait pas encore, et qu’il allait lui rendre une visite surprise. Le peintre ne refusait jamais d’ouvrir sa porte lorsque son petit ami se présentait derrière. Et ce soir, l’ancien militaire avait envie d’aller le voir. De lui sortir un banal « salut, c’est moi. » en déposant un baiser sur ses lèvres au passage. Et puis boire un coup avec lui en le serrant contre lui. Ou bien encore dormir à ses côtés, fermer les yeux dans le petit appartement de l’irlandais, et simplement savourer sa présence. Oui. C’était une soirée bien paisible qu’il se prévoyait là. Mais intimement, il sentait que ses plans allaient être contrariés. Ca ne l’empêchait pas de tenter le tout pour le tout. Mais ce pressentiment le frustrait. Bien plus qu’il ne le laissait paraître.

La nuit était tombée sur Sunnydale. Une nuit noire, épaisse, oppressante. Pourtant, la lune brillait, bien haut dans le ciel. On n’était pas encore la pleine lune. C’était demain. Un jour avant. Donc au pire, il ne craignait rien. Les loups-garous ne sortaient qu’à la pleine lune. Enfin, il le croyait, tout du moins. Les connaissances que Sven avait du monde surnaturel étaient relativement minces. Et à vrai dire, il ne s’était jamais posé la question de savoir si les loups-garous existaient ou non. Ca venait de lui traverser l’esprit, au moment où il avait contemplé la lune quasi ronde. Et puis, les vampires existaient. Et les démons aussi. Alors pourquoi pas les loups-garous ? Oui. C’était une hypothèse tout à fait envisageable. M’enfin. Il n’allait pas s’en préoccuper ce soir. Pour le moment, Nolan l’attendait. Et il n’avait pas envie d’arriver trop tard. Après, son petit bonhomme dormirait sûrement. Et puis même. Il n’aimait pas traîner dans Sunnydale la nuit, loin des lieux résidentiels. Surtout maintenant qu’il savait ce qui s’y baladait. Rien qu’à y songer, ça lui foutait des frissons dans le dos. Nom de dieu. Vivement qu’il soit enfermé en sécurité chez Nolan. Que toute cette balade au clair de lune soit du passé. Il était presque en train de commencer à flipper, avec tout ça.

Il pressa le pas, désirant en finir au plus vite. Mais, alors qu’il était lancé, il entendit un cri. Un cri qui provenait d’un peu plus loin, vers le parc. Merde. C’était quoi ce délire ? La première réaction de Sven fut celle de partir en courant, loin de tout ça. De sauver sa peau. Enfin non, pardon. Ca c’était le réflexe de son cerveau. Parce que son corps, lui, venait d’avoir un tout autre réflexe. Et de s’élancer précisément vers le lieu d’où provenait le cri. Bawi. Quelqu’un était en danger. Super Sven n’allait pas le laisser se faire pulvériser par on ne sait quelle force de l’ombre. Surtout que c’était la voix d’une femme. Et que bisexuel ou pas, notre suédois était extrêmement galant. Et il allait voir ce qu’il pouvait faire pour cette jeune femme. Un piège ? Non, bien entendu. L’idée ne lui aurait même pas traversé l’esprit, quand bien même c’en aurait été un. Non non. Tout ça n’avait rien d’un piège. C’était une jeune fille en détresse. Et ça tombait bien, il avait son revolver à fléchettes de bois glissé dans sa ceinture. Il allait s’en servir si ça tournait mal. Les démons n’étaient pas du genre à être forcément sensibles aux arts martiaux. Ou les vampires. C’était toujours diaboliquement efficace, mais Sven n’avait pas non plus la classe ou l’aisance d’une Tueuse. Il était lui-même. Un gros ours bourrin et défenseur de la veuve et de l’orphelin. Et cette fille avait besoin d’aide, à en juger les cris. Et il allait lui offrir cette précieuse aide, quand bien même elle n’aurait eu besoin que d’une distraction pour s’enfuir. Ca tombait bien, il était le pro des distractions.

Et soudain, il déboula face à la scène. Juste à la lisière du parc, une bande de vampire s’en prenait à une jolie rousse. No way. Dégagez les loosers. Tonton Sven va vous faire passer un sale quart d’heure. Aussitôt, il pointa son arme à feu sur l’une des créatures, et tira. La fléchette de bois se ficha dans le cœur de sa cible, tandis que celle-ci volait en cendres. Et un de moins. En plus, la distraction semblait suffisante… Pour quelques uns d’entre eux. Rien ne valait les armes modernes, aux yeux de Sven. Mais il allait se pouvoir qu’il change d’avis durant les prochaines minutes… Car rapidement un vampire fut sur lui. Il commença à se débattre, esquivant toutes les morsures que l’autre tentait de lui infliger, bougeant pour aller rejoindre la jeune fille toujours en danger. Et finalement, il réussit à empoigner le col de l’être de la nuit, le projetant sur un de ses congénères, tandis qu’il se précipitait dans le tas, dégageant un pieu de sa ceinture. Il avait toujours été nul lorsqu’il s’agissait de se battre avec ce vulgaire morceau de bois. Il trouvait que ça ne servait à rien, en fait. Mais bon. C’était un des seuls moyens de tuer les vampires, alors il fallait s’y habituer. D’autant plus que la décapitation ne le faisait pas rêver. Et de loin. Alors on s’astreint à l’usage du pieu. Et on essaie d’être efficace.

Efficace, Sven l’était. Et pas qu’un peu. Mais pour le coup, maintenant que les trois quarts des bestioles s’intéressaient à lui, il se trouvait un peu con. Un peu beaucoup en sous nombre, aussi. Et il avait beau être suicidaire, et chevalier servant, il était mal barré. Le genou d’un vampire s’enfonça dans son abdomen, lui arrachant un hoquet de surprise, et aussi de douleur. Le souffle coupé, il voulut reculer de quelques pas, mais une poigne ferme attrapa sa nuque. Il fut projeté au sol, et roula quelques mètres plus loin. Il serra les dents, essayant tant bien que mal de se relever avant d’essuyer une autre attaque. ‘tain. Il l’avait senti venir, pourtant. Il l’avait eu, ce foutu mauvais pressentiment. Totalement justifié, en plus. Il n’avait plus qu’à espérer que ce n’était pas l’heure de sa mort qui avait sonné. Il avait encore un sacré paquet de choses à vivre. Et même s’il ne savait pas exactement quoi, il avait l’intuition que pas mal de ces choses allaient être cool. Et que dans ces choses cool, y en aurait des tas avec Nolan. Et pour rien au monde il n’aurait voulu louper du temps passé avec petit bonhomme. Alors il allait mettre la misère à cette bande de vampires sortis tout droit de Twilight. Et pouet.

Bon, c’était plus facile à dire qu’à faire. Surtout quand on se prend une godasse de sangsue dans la figure. Pour le coup, notre suédois prenait cher. Très cher. Il avait rarement pris une aussi belle raclée durant ces dernières années. Les coups pleuvaient, alors qu’il tentait de se relever. Et lorsqu’enfin il y parvint, faisant tomber un vampire en lui attrapant la jambe qu’il lui balançait dans la figure, s’appuyant ensuite sur le sol pour se redresser, il réalisa qu’il n’était vraiment pas au meilleur de sa forme. Un nouveau coup s’écrasa dans sa mâchoire, lui faisant violemment tourner la tête. Holy shit. Il en avait pourtant maté des plus coriaces. Oui mais ce soir, ça ne semblait pas être une question de résistance de la part des vampires. On aurait dit que ça venait de lui. Est-ce qu’il était en train de se laisser casser la figure par une bande de suceurs de sang ? Naon, quand même pas. J’espère pas. Il avait mieux à faire dans sa vie. Et puis s’il les laissait faire, il allait se retrouver étendu au sol, avec deux petits trous dans le cou, et plus une goutte de sang dans le corps. Quoique vu le nombre de ses assaillants, ce ne serait pas deux petits trous. Ca rimerait plutôt avec véritable passoire.

Lâchant un grognement long et rauque, il sentit une main agripper son col. À nouveau. Merde. Ca ne lui disait rien qui vaille. Et en effet. La force fulgurante du vampire l’envoya s’écraser un peu plus loin. Pas trop loin non plus. Juste sur la fille, en fait. Sven la percuta de plein fouet, comme un gros nounours désarticulé. Mais dès qu’il sentit le petit corps frêle entrechoquer le sien, il se débrouilla pour atténuer la suite des chocs qu’elle aurait pu prendre en roulant à terre avec lui. Parce que ouais. Mister sangsue avait mis le paquet. Et le duo avait roulé sur au moins deux mètres. Maintenant, Sven espérait juste que les dégâts qu’avait subis la petiote étaient moindres. Il se laissa tomber sur le côté, lâchant un gémissement de douleur.

« Outch… Ca va ? Rien de cassé ? … » demanda-t-il rapidement.

Et ce fut à cet instant précis qu’il releva les yeux vers ses assaillants. Mais étrangement, son attention ne fut nullement captée par les vampires, qui se précipitaient pourtant sur eux. Non. Ce qui avait attrapé son regard, c’était l’énorme silhouette qui se ruait vers eux, toutes griffes dehors, les crocs étincelants à la lumière de la lune. Hpuyirzulfilurzg. Mais qu’est-ce que c’était que ce truc ?! Si c’était un allié des vampires, en tout cas, ils choisissaient sacrément bien leurs potes, ceux-là. Pourtant, Sven n’eut pas le temps de réagir. Alors qu’il se retournait par réflexe pour protéger la jeune fille, et lui éviter probablement d’être dévorée par cette chose, la bête fut sur eux. Et il n’y eut plus qu’à prier pour qu’il s’en sorte vivant. Ce qui d’un point de vue purement objectif, semblait bien mal parti.


Dernière édition par Sven J. Ohlsson le Mer 12 Sep - 7:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willow A. Rosenberg
sister morphine; W.T
avatar

J'ai : 23 né le : 11/10/1993
Féminin
→ Barge depuis : 17/04/2011
→ Messages : 652
Absence : Nothing.


Feuille de route
Resumé des topics :
Histoire :

MessageSujet: Re: « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.   Lun 10 Sep - 11:50


Je marche dans les ténèbres, Vers l'horizon funeste Mais la vie qui m'entoure et me baigne Me dit quand même ça vaut la peine. Et qui peut se mouvoir Dans ce convoi de larmes Je vous dédie ma mort Et je saigne, saigne encore. Mais...
Le soir. Sunnydale ne brille pas. C'n'est pas L.A. Mais le soir. La bouche de l'enfer recrache ses pourritures. Vampires. Démons. Autres joyeusetés du genre qui rendent la vie ici souvent impossible, et, soyons francs, de courte durée pour la majorité des habitants. Pour ce qui est des habitants... Non, je n'vais pas vous parler d'eux. Ce serait trop long. Beaucoup. Trop long. Penchons-nous plutôt sur... Ah. Voilà. Cette petite rousse là en bas. Oui. Vous y'êtes ? Regardez bien. Qui ne connait pas cette petite rousse. La rouquine la plus adorablement célèbre de Sunnydale. Allez. Approchons-nous.

Ici à Sunnydale, la nuit tombe vite.
Ici à Sunnydale, les ténèbres envahissent les ruelles désertées, traquant les demoiselles sans défense et les chatons égarés.
Willow n'est pas sans défense. Mais Willow est égarée. Egarée... Dans sa tête. Ce qui revient à dire que oui, elle est sans défense. Les femmes qui se perdent, proies de prédilection pour les créatures de la nuit. Les assassins. Les violeurs. Les... Mais on a compris. Willow ce soir là, contrairement aux autres soirs, avait un but. Il y'avait bien au bout du chemin quelqu'un qui l'attendait. Une... Quelqu'un. Sa femme. Sa femme devant les autres. Devant la loi. Oui la mariage a eu lieu. Alors, Willow se devait d'arriver à bon port. Elle aimait, et quand on aime, tout n'est qu'une histoire de chemin qu'on retrouve. Ou qu'on perd... Là est toute la question. Elle aimait, tout simplement. Elle aimait... Tara. Elle n'avait qu'une idée en tête pour l'heure. Hâter le pas pour courir se blottir dans le lit de sa bien aimée. Mais malheureusement, elle n'allait pas faire assez vite. Elle arriva à l'intersection de First et d'Amistad. Les deux rues de la chanson. Elle atteignit l'entrée du parc, sans encombres. Mais comme les encombres ne tardent jamais à venir dans cette ville, Willow se retrouva encerclée. « Oh. Des vampires. Génial. Une soirée comme je les aime. » Sarcasmes obliges. Vous connaissez Willow. Mais le temps des sarcasmes fut de courte durée. Très vite, les bestioles canineuses - cherchez pas j'invente des mots c'est mon boulot. - se ruèrent sur elle sans qu'elle n'ait pu dire Ouf. Ou si. Elle eut le temps de gueuler sa vie comme jamais. Des fois que quelqu'un l'entende... Et là, miracle. Quelqu'un l'avait entendu. Encore sonnée, elle ne vit qu'une silhouette noire s'approcher d'elle et des canines. Le quelqu'un se planta devant elle comme pour la protéger. Elle entraperçut quelques tas de poussière par ci, par là. Bon. C'était clair. Venait de débarquer un preux chevalier au coeur brave. Ah. Elle n'allait peut-être pas encore mourir ce soir. Elle ne distinguait pas les traits mais ses yeux affolés se baladaient de droite à gauche au rythme du combat qui avait l'air plus que violent. Elle s'en voulait d'être aussi inutile. Ce genre de chose, avouons-le, ne lui était pas arrivé très souvent. D'ordinaire, la magie arrange tout. Elle se décida par la suite à bouger au moins le petit doigt, histoire de ne pas rester témoin muet et inefficace.

Elle ferma les yeux un temps, rassembla le peu de forces qu'il lui restait et ouvrit la bouche pour prononcer quelque chose... Qu'elle n'eut en fin de compte pas pu prononcer. Son début de sortilège fut interrompu par une bousculade brutale. Un corps avait atterrit sur le sien en pleine concentration. Grumble. Grumble. En moins de deux, ils se retrouvèrent par terre. Willow sentit les mains de l'autre tenter d'atténuer le choc mais tout alla si vite qu'à la fin de la gracieuse roulade de trois mètres, elle n'eut à l'esprit qu'un mot à répondre à la question de son sauveur. « Aie. » Et puis, réalisant que son attitude était incorrecte, elle se reprit aussitot. « Non, je suis désolée, je voulais dire. Oui. Merci. Vous m'... » Et encore une fois, on ne la laissa pas finir sa phrase. Décidément merde. Le garçon la plaqua au sol et ce ne fut que lorsqu'elle aperçut au loin se profiler l'ombre grise de ce qui ressemblait étrangement à ce qu'elle avait croisé il y'a peu encore, qu'elle comprit qu'il venait de lui sauver la vie... Encore.





Dernière édition par Willow A. Rosenberg le Mer 3 Oct - 12:49, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Oz Osbourne
Habitant de Sunnydale
avatar

J'ai : 24 né le : 19/09/1992
Masculin
→ Barge depuis : 09/09/2011
→ Messages : 198


Feuille de route
Resumé des topics :
Histoire :

MessageSujet: Re: « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.   Mer 12 Sep - 1:05

D’habitude, Oz n’allait jamais voir Devon son meilleur ami et compagnon de musique lors des soirées de pleine lune de peur de ne pas arriver a ce contrôler, mais ce soir la il sentit qu’il serait assez fort pour s’empêcher de faire du mal. La soirée avec passer vraiment vite et même un peu soûlante a son goût puisque Devon n’arrêtait pas de l’harceler a propos de « greluche » qui arrêtait pas de les suivre lors des concerts. Devon éternelle coureur de jupon, voulait qu’Oz « se tape » une coupe de ces groupies pour le plaisir. Malheureusement pour lui, cela n’était pas dans sa nature de faire cela. En plus Daniel se foutait royalement de tous ces groupies hystériques à chaque fois que Devon ouvrait la bouche.

Il sortit du Bronze et se dirigea lentement vers le parc de Sunnydale aillant dans l’idée de le traverser pour se rendre jusqu'à chez lui et sauvez de nombreuse minute de marche. Oz n’était pas quelqu’un qu’on pourrait clarifier de paresseux, mais ce dernier aimait bien marcher tranquillement dans ce parc qui lui rappelait des souvenirs de son enfance. Le jeune homme s’arrêta et s’assit sur une petit butte afin d’observer ce tableau noir remplie d’étoile et de la pleine lune. Cette astre galactique blanchâtre qui lui faisait perdre autre fois la tête, étincelant de toute sa splendeur sur le visage laiteux du jeune loup-garou au cheveux roux.

Ce si beau moment de détente fut rapide interrompu par des cries féminins tout proche du jeune homme. Intrigué par les cries et se doutant un peu de se qui se passait, le jeune homme se mit a courir en direction de la provenance du bruit qui est venu interrompe son moment de paisible quiétude. Quel fut la surpris d’Oz lorsqu’il vit un groupe un groupe de vampire voulant s’en prendre a une jeune femme.


*Ils ne sont pas tannés de toujours faire le même numéro ??? Cela fait environ une centaine de fois que l’on voit ce genre de chose, il manque vraiment d’originalité et cela devient même pathétique.*


Il allait porter main forte a la jeune fille lorsqu’il vit qu’un homme sortit d’on ne sais ou s’attaqua au vampire. A première vue, il était humain et n’avait aucun pouvoir. Un bruit sourd attira l’attention d’Oz derrière lui. Puis lorsqu’il fut sûr que rien ne tenterait de l’attaquer par derrière pendant qu’il se porterait au secours des deux victimes des suceurs de sang, il se retourna son attention au combat qui se passait devant lui et qu’elle fut sa surprise de reconnaître Willow. S’entent une colère monter en lui tout d’un coup, le jeune homme pressa le pas pour rejoindre celle qui fut et sa petite amie. Mais lorsqu’il vit une silhouette pencher sur le corps de la jeune sorcière, son sang se mit à bouillir comme de la lave en fusion. Il perdit alors le contrôle total du monstre en lui et se transforma assez rapidement en Lycan avec des atroces souffrances. Lorsque la transformation fut complète, le loup-garou cria à la pleine lune puis chargea la personne qui avait osé s’en prendre a sa sorcière bien-aimée.

Avec sa puissante patte droite il repoussa l’intrus qui c’était couché pardessus Willow et grogna de toutes ses forces. Il se plaça entre la jeune femme et le groupe de vampire la lèvre supérieur relever révélant au asseyant sa dentition fort aiguiser. En position d’attaque, la bête observa ses adversaires et les défia du regarde de s’approcher de la personne qui comptait le plus pour lui. Lorsque le lycan sentait les vampires un peu trop agressifs, ce dernier balayait de sa puissante main griffue l’air devant lui.


(HRP:un sound Effect de loup qui gronde)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven J. Ohlsson
Svenou sauvage Ϟ
apprenti nounours du Nono apprivoisé
avatar

J'ai : 22 né le : 20/10/1994
Féminin
→ Barge depuis : 14/07/2012
→ Messages : 790
Absence : Activité ralentie.


MessageSujet: Re: « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.   Jeu 13 Sep - 6:31



« run to save your life. »


Sven était tout de même sacrément mal barré, dans le genre. Et un peu barjo aussi. Quelle idée de s’élancer à l’assaut d’une bande de vampires incroyablement plus forts que lui. Il n’avait pas encore suffisamment d’expérience dans le domaine du surnaturel pour les affronter. Il allait d’ailleurs falloir qu’il demande quelques petits conseils d’expert à Roxane, voire même des petits entraînements. Ou à Meg. Enfin bref, à quelqu’un qui s’y connaissait. Peut-être qu’ainsi, il réfléchirait trois fois plus avant de s’élancer. Ou bien qu’au moins, il aurait une chance de s’en sortir vivant. Car pour dire les choses très clairement, il était dans la merde. Alors oui. Je vous le conçois. Ce n’est pas poli. Mais en l’occurrence, il n’en avait que faire de vos petites oreilles fragiles ou de vos bonnes consciences contre les grossièretés. Lui, tout ce qu’il voyait, c’est qu’il allait se faire réduire en miette par une bande de dangereux machins pas beaux. C’est vrai, vous avez vu leur tête ridée ? Non non. Vraiment. Très peu pour lui. C’était super pas sexy. Faut apprendre à se contrôler les gars. Regardez, Roxane, elle, elle se contrôle très bien, elle arrive à garder son joli et sauvage minois. Meuh non. Allez-y. Restez moches. C’est pas comme ça que vous trouverez l’âme sœur.

L’âme sœur. Un instant, les pensées de Sven s’envolèrent vers Nolan, alors qu’il se jetait sur le petit bout de femme à ses côtés, faisant barrage de son corps face à l’énorme bestiole qui se ruait vers eux. Nolan. Il avait voulu aller le voir. Lui rendre visite. Aller se blottir dans ses bras, l’embrasser tendrement, et fermer les yeux dans son petit lit, respirant son parfum omniprésent. Il avait juste voulu le voir, avoir un câlin. Et au lieu de ça, il avait fallu que ses gênes de chevalier charmant lui jouent des tours, et qu’il s’élance au devant des vampires sans son cheval blanc. Sombre crétin. C’était certain maintenant ; il ne risquait pas de retrouver Nolan ce soir. Et il ne le retrouverait jamais. Pas après ce qui se précipitait sur lui à toute allure, faisant même s’écarter les vampires. Bon. Alors sa dernière pensée allait à Nolan. Et à l’amour qu’il lui portait. Voilà.

Le choc fut violent. Extrêmement violent. Surtout pour lui, d’ailleurs. La patte de la grosse bêbête l’éjecta littéralement à quelques mètres de là. Sven poussa un cri, tandis que les griffes acérées lacéraient sa chair. Il se paya un arbre, ce qui eut le don d’amortir sa chute, et de diminuer sa distance par rapport à la jeune femme. Il lâcha un petit gémissement, tentant de se relever. Merde. Il espérait de tout cœur que la créature ne l’avait pas bouffée... Mais non. Lorsqu’il releva douloureusement la tête vers la bestiole poilue, il s’aperçut que la jolie rouquine était toujours vivante. Et bien protégée par la bête, qui faisait barrage entre elle et les vampires. Holy shit... Il la retenait en otage pour se faire un repas privé ou quoi ? Cette nana devait avoir une odeur vraiment succulente pour les bêbêtes surnaturelles, tout le monde semblait la convoiter. Et lui, alors, c’est un suédois qui sent le pâtée ? … Bon. Peut-être qu’il aurait dû éviter de penser à ça. Parce que maintenant, il avait tout le côté droit du torse et le bras qui allait avec de méchamment griffés. Parce que mine de rien, il l’avait bien protégée la petite. Et l’autre avait dû le pousser un sacré coup pour l’enlever de là. Et comme les pattes se terminaient par de grosses griffes pas bien manucurées… Ben forcément, il l’avait bien lacéré. Sven baissa les yeux vers ses côtes. Il sentit les larmes de douleur monter doucement. Il ne l’avait pas loupé. Un grognement retint son attention. Il releva brutalement la tête, fixant la scène. Les vampires avançaient, et l’énorme truc les retenait loin de la rouquine. Sven, lui perdait son sang sagement, toujours à moitié contre son arbre. Son dos le faisait incroyablement souffrir. Le choc contre l’arbre n’avait pas plu à sa vertèbre toujours blessée, apparemment. Au moins, elle n’allait pas ressortir à nouveau de son dos. Mais tout de même, ça faisait un mal de chien. Doucement, le jeune homme poussa un nouveau gémissement. Et c’est alors qu’il les vit. Les vampires. La moitié d’entre eux venait de se désintéresser de l’espèce d’énorme chien. Sûrement un chien de l’enfer. C’était le seul nom de créature qui lui venait à l’esprit et qui aurait pu correspondre à ce qu’il voyait là. Un espèce de… Très très très gros chien, couvert de poils, grognant avec un air dément. Ouais. Sven ne savait pas ce qu’était un chien de l’enfer, mais ce truc devait être en être un. À coup sûr. Il plaqua doucement une main sur ses côtes. De ses griffures s’échappait un liquide rouge, flot continu bien que raisonnable. N’empêche que ça avait suffi. Il saignait. Il était affaibli. C’était la proie idéale pour des vampires affamés. Lorsque trois d’entre eux se mirent à le fixer en grognement, alors que les autres tentaient toujours d’atteindre la petite, Sven essaya de se relever. Naaooooon. Il ne servirait pas de casse-croûte. Certainement pas à vous les mochetés. Néanmoins, il voyait tout de même qu’ils étaient hésitants. Ils regardaient ses plaies, jetant des regards anxieux au chien de l’enfer derrière eux. Le pauvre suédois ne comprenait plus rien, réellement. Il fixait doucement la scène, les yeux écarquillé, à moitié relevé, adossé contre son arbre. En roulant par terre, il s’était griffé le visage. Sans compter son bras et son flanc amochés par l’espèce de truc louche devant lui. Et les blessures infligées par les vampires auparavant. Hallelujah. On aurait dit qu’il revenait d’un marathon dans la fosse aux lions. Et franchement, il aurait préféré ça plutôt que ce qu’il était en train de vivre. Pour les lions, il suffit de choisir l’heure la sieste, après le repas, et avec un peu de chance ils ne viennent même pas te renifler. Mais ces trucs là étaient affamés, et un peu secoués de la cafetière. Mais d’un autre côté, ils semblaient avoir peur de ce chien de l’enfer. ... Attendez une minute.

Lentement, l’information monta au cerveau de Sven, tandis qu’une nouvelle poussée d’adrénaline se répandait dans ses veines. Les vampires avaient peur de la bestiole. Et celle-ci semblait clairement... Ouais. Elle protégeait la rouquine. En fait, si ça se trouve, la rouquine en question était une créature super badass, qui n’aurait absolument pas eu besoin de son aide. Ouais, quoique non, vu le cri de fillette qu’elle avait poussé face aux vampires, elle avait plutôt l’air d’une jouvencelle en détresse. Au final, peut-être que ç’avait été pour appeler cette chose qui semblait maintenant la protéger. Enfin bref. En tout cas, c’était Sven qui avait les vampires sur le dos maintenant. Il tâtonna à sa ceinture pour chercher son revolver à fléchette de bois, ingénieusement conseillé par Roxane. Merde. Où il était ce petit joujou ? Son regard tomba sur l’arme, déposée un peu plus loin. Okay. Prendre son courage dans ses quatre pattes de gros ours, et s’élancer vers son revolver. C’était le seul moyen de sauver sa peau. Ç’allait le rapprocher dangereusement du chien de l’enfer, mais tant pis. Tous les muscles du corps du jeune homme se tendirent. Et il se précipita sur l’arme, roulant au sol pour éviter d’avoir à trop courir. Aussitôt, les vampires s’élancèrent à leur tour. Sven sentit sa main entrer en contact avec le métal de l’arme. Il l’empoigna fermement, et releva la tête vers la première sangsue qui se ruait sur lui. Il prit à peine le temps de viser, pointant son arme vers le centre de la poitrine de la bestiole, et tira. L’autre vola en cendres avec un cri bref. Aussitôt, ses compagnons s’arrêtèrent dans leur élan. Ils regardèrent Sven en grognant, hésitant sur la conduite à adopter. Puis, finalement, leur regard se porta sur le chien de l’enfer, et les vampires qui restaient face à lui. Et tous prirent le parti de prendre la fuite, disparaissant dans les fourrés. Sven se détendit, abaissant son arme, se relevant légèrement. Parfait. Ils étaient hors de danger. Plus que lui, la rouquine, et… Merde, le chien. Aussitôt, il se tourna vers celui-ci, braquant son arme vers sa grosse tête, reculant de quelques pas par réflexe. Quelque chose lui disait que pointer ce truc vers lui n’aurait aucun effet. Mais il n’y pouvait rien. C’était plus fort que lui. Il avait peur, quelque part. Et aussi peur pour cette fille. Rien ne lui garantissait qu’elle était réellement protégée par cette chose. Il resta là, la sueur coulant légèrement le long de ses tempes. Il avait chaud. Il avait mal. Au dos, aux côtes, au bras. Aux griffures qui laissaient son sang s’échapper doucement. Il n’osait pas tirer. Mais il gardait son arme pointée vers le chien de l’enfer, tendu comme un arc, la mâchoire crispée.

La situation semblait suspendue. Il ne savait pas quoi faire. La bête n’avait pas l’air agressive envers la jeune femme. Mais envers lui, c’était une autre histoire. Les vampires étaient partis. Sven avait l’intuition qu’ils ne reviendraient pas. Ils avaient eu peur de cette chose. Alors imaginez ce que lui aurait dû ressentir. Techniquement, s’il avait eu bien conscience de la situation, il aurait dû se pisser dessus. Lui avait peur des vampires. Et les vampires avaient peur de cette chose. Et Sven menaçait maintenant cette chose avec sa petite arme. Cherchez l’erreur.

Il respirait lentement, tentant de garder son sang-froid, n’osant pas tirer. N’osant même pas parler. Il avait peur de mourir. Ça c’était clair. Mais il ne le montrait pas. Il gardait un regard dur comme l’acier. Que protégeait son revolver ? La jeune fille ? Le suédois lui-même ? Il ne savait plus bien. Mais il n’avait pas envie que cette bête le tue. Pour rien au monde. Et s’il devait éventuellement mourir, ce ne serait pas avant d’avoir vidé son chargeur dans la tête de ce truc. Qu’est-ce que vous croyez. Sven est peut-être un peu débile, parfois, mais il reste un tueur à gage expérimenté, et un ancien militaire. Ces bêtes-là ont la peau dure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willow A. Rosenberg
sister morphine; W.T
avatar

J'ai : 23 né le : 11/10/1993
Féminin
→ Barge depuis : 17/04/2011
→ Messages : 652
Absence : Nothing.


Feuille de route
Resumé des topics :
Histoire :

MessageSujet: Re: « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.   Mer 3 Oct - 10:03


Je marche dans les ténèbres, Vers l'horizon funeste Mais la vie qui m'entoure et me baigne Me dit quand même ça vaut la peine. Et qui peut se mouvoir Dans ce convoi de larmes Je vous dédie ma mort Et je saigne, saigne encore. Mais...
Déboussolée c'était ce qui qualifiait Willow dans l'instant. Elle clignait frénétiquement des yeux comme pour se dire Réveille toi. Elle aurait espéré que toute la mascarade de cette nuit ne soit que fiction mais à première vue... Ben non. Le gars inconnu l'avait sauvée, une nouvelle fois, d'on ne sait quoi. Elle aurait dû avoir peur, mais rien à faire. Elle sentait se promener dans l'air qu'elle respirait un parfum bien connu. Serait-ce possible... ? « Oz... ? » Elle n'eut pas le temps de réaliser, son protecteur du soir fut éjecté du paysage par quelque chose d'apparemment excessivement puissant. Et puis, elle le vit. Lui. Oz. Le loup intérieur avait reprit le dessus à ce qu'elle voyait, et c'était peut-être une des rares fois dans sa vie où elle bénissait l'apparition de ce loup, parce qu'elle le savait fort et venu pour la protéger. Mais il y'avait aussi ce garçon qui jusqu'à présent avait prit tous les coups à sa place. Les vampires étaient eux toujours là. Ils s'approchaient dangereusement d'Oz et de l'inconnu, en les menaçant de leurs canines. Elle, avouons-le, était bien gardée entre les deux hommes, enfin... Homme et loup - mais vous la connaissez la petite choupinette, incapable de rester à ne rien faire. Elle déteste se sentir impuissante.

Elle aperçut le garçon pointer une arme sur les méchants qui après réflexion se firent la malle sans se faire prier. Soupir de soulagement. Soupir qui ne dura pas puisqu'à travers sa vue brouillée, elle remarqua que le canon de l'arme tenait désormais son loup en joug. Oz ne pouvait pas se défendre avec ses paroles, il n'était pas en mesure de beaucoup parler. Et le garçon allait tirer. Certes si ce n'était pas de l'argent, ça n'allait rien faire à Daniel, mais Willow sentit son sang tourbillonner dans ses tempes. Elle se jeta sans réfléchir sur son sauveur d'aujourd'hui en essayant de lui arracher des mains le révolver. Un cri qui ressemblait à... BWAAAAAAAAH s'échappa d'entre ses lèvres, technique de la meuf qui veut déstabiliser l'adversaire avec ses hurlements stridents. Bon en l’occurrence, l'adversaire n'en était pas un à proprement parler, il lui avait sauvé la vie maintes fois au cours de la soirée. Mais l'hypothèse qu'il puisse tirer sur son ancien amour l'avait fait agir sans réfléchir.

Seulement le type avait le doigt sur la gâchette, et même s'il n'osait pas tirer sur l'animal, Willow en sautant sur lui avait déclenché le... Ben le déclencheur, ça se dit ? Elle baissa les yeux. Une fléchette en bois traversait sa poitrine. Encore une fois,... Aie. Douleur étrange. Une larme perla au coin de son oeil gauche. Elle espérait que quelqu'un l'essuierait avant qu'elle ne tombe sur le sol. Elle s'écroula finalement entre les bras du type, en s'agrippant de toutes ses petites forces à sa veste comme pour se rattraper d'une chute mortelle. Elle ne voulait plus lâcher le garçon. Elle n'allait pas mourir, non. Elle était déjà morte plusieurs fois cette année. Ou du moins... Elle avait tenté d'être morte. Là pour le coup, elle n'avait rien cherché qu'à rejoindre Tara avant la nuit, et elle la finissait avec une flèche dans la chair. Ok... Cool. Il faisait froid et ça n'arrangeait rien. Elle empoigna la fléchette qui la perforait à deux mains et d'un coup sec, l'extirpa d'elle-même. Un léger murmure douloureux mais rien de plus. Après tout c'était pas vraiment très profond. Elle se blottit instinctivement contre le gars qui la tenait encore dans ses bras ensanglantés. Elle avait un côté très petite fille en réalité, mais ça ce n'est pas un secret. La scène actuelle aurait donné une jolie peinture. Elle ne réfléchissait toujours pas, mais elle savait pertinemment ce qui attendait celui qu'elle serrait. Elle voulait l'empêcher, mais elle n'avait pas la force de faire quoi que ce soit, si ce n'était de s’emmitoufler comme une gamine perdue dans sa veste. Tel qu'elle connaissait Oz, il risquait de voir rouge en la voyant blessée dans la veste d'un autre. De toute façon, Oz l'avait déjà touché. Elle craignait... Quelque chose. Vous savez quoi. Lycanthropie quand tu nous tiens.

HJ ; pardoooon, j'ai mis du temps vous m'en voulez pas hein ?
HA01



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.
» Born to kill all lives...
» | When Darkness Falls
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2
» mansion of darkness
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales Of Buffy :: SUR LA BOUCHE DE L'ENFER :: Autre lieux :: Parc-