WHEDONVERSE : TALES OF BUFFY

Forum de discussion sur l'univers de Joss Whedon
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: Archives temporaires :: SUR LA BOUCHE DE L'ENFER :: Autre lieux :: Parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

❝ be yourself, and accept it. ❞ ⧨ CORALINE.

Leena A. Wilee
ÂGE : 24
ANNIVERSAIRE : 20/10/1994
DATE D'INSCRIPTION : 29/05/2012
MESSAGES : 442
Absence : Présence un peu réduite.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 04 Nov 2012, 7:57 pm




« you know it was a secret. »
I don't wanna be the girl who laughs the loudest, or the girl who never wants to be alone. I don't wanna be that call at four o'clock in the morning, 'cause I'm the only one you know in the world that won't be home. The sun is blinding, I stayed up again. I am finding that's not the way I want my story to end. I'm safe, up high, nothing can touch me, but why do I feel this party's over ? No pain, inside, you're my protection, but how do I feel this good sober ?




Leena se pencha vers son sac, aussi souple et légère qu’à son habitude. Elle se sentait mal à l’idée de sortir un sandwich devant Coraline, mais n’avait pas mangé depuis le matin-même. Et elle commençait à avoir sérieusement la dalle. Elle s’était déjà excusée auprès de la petite fantôme quelques secondes auparavant, mais cela n’avait rien ôté à sa culpabilité. Pourtant, elle n’avait pas envie de mourir de faim, ou pire, de faire de l’hypoglycémie. Surtout qu’elle était venue à vélo de chez elle, le ventre vide. L’idéal pour faire un malaise et tomber dans les pommes. Autant dire que Coraline avait sûrement autre chose de prévu dans sa soirée que de trouver un moyen de réanimer un être vivant. Il fallait dire que la journée s’était enchaînée à une vitesse ahurissante. À peine levée, elle avait avalé rapidement un petit déjeuner frugal, et avait foncé avec son appareil photo pour une petite séance avec une dame, qui l’avait très largement payée pour quelques beaux portraits. Les petits boulots, on les trouve où on peut, que voulez-vous. Après ça, elle était allée répéter sa prochaine petite pièce de théâtre, une comédie parfois jouée en comédie musicale, dans laquelle elle avait obtenu un assez bon rôle grâce à sa polyvalence en chant, danse et jeu. Alors oui, elle n’avait pas eu le temps de manger du reste de la journée ; les répétitions s’étaient terminées en fin d’après-midi, et elle avait fait ses courses en rentrant, avant de continuer de s’entraîner chez elle. Bourreau du travail qu’elle était. Et puis, elle avait eu Coraline, et elle avait dû partir en quatrième vitesse quelques temps après pour la retrouver. Emmitouflée comme elle était dans toutes ses épaisseurs. Sur son petit vélo, avec son sac et son sandwich. Et en plus, elle allait devoir manger devant son amie. Qui ne pouvait plus manger. Super.

Fronçant les sourcils, se pinçant la lèvre, la petite sorcière fouillait au fond de son sac en toile coloré. Et, enfin, son visage s’éclaira, tandis qu’elle en ressortait son sandwich poulet-sauce mexicaine préparé à la va-vite avant de partir. Coraline l’avait contactée dans l’après-midi pour lui donner rendez-vous pour le soir-même. Ce devait être bigrement important. Ou bien alors, une simple envie foudroyante de revoir une vieille amie, qui sait. Le besoin de dire quelque chose. Enfin bref, quelle que soit la raison de ce coup de fil empressé et de ce rendez-vous pressé, Leena avait répondu présente ; comme toujours. Jamais elle ne poserait de lapin à Coraline. Elle était même du genre à tout plaquer pour foncer la voir. Sauf si c’était très important. Ou sauf s’il s’agissait de Blake. Ou bien de Gareth. Ou de qui que ce soit d’autre qui demandait autant d’attention que la petite morte. Elle se confondait en excuses, et repoussait très légèrement la date proposée, pour être libre. Mais au final, elle trouvait toujours un créneau. C’est ça un ami. Il dégagerait les examens de son emploi du temps pour venir vous retrouver. Et en l’occurrence, c’était parfait dans le cas de la petite néerlandaise ; cela faisait des années déjà qu’elle ne passait plus d’examens. Alors elle était totalement libre pour ses amis.

Tout en déballant son papier d’aluminium avec soin, la jeune Wilee se recroquevilla légèrement sur elle-même. Bon dieu, qu’il faisait froid pour un mois d’octobre. Elle avait déjà un foulard, et une énorme écharpe par-dessus le foulard. Et puis elle avait un débardeur, un petit pull, un sweat, et une grosse veste en laine par-dessus. Mais whaaaaaat theeee fuuuuuck ? M’enfin. Pour Coraline, elle aurait été prête à se transformer en bonhomme de neige en plein hiver. Quoiqu’à tout bien y réfléchir, elle noterait tout de même l’option « proposer de venir à la maison » pour les prochains rendez-vous. Au moins, y avait le chauffage. Pas comme dans ce parc tout sombre et tout obscur. Surtout qu’en plus, les lampadaires près desquelles elles s’étaient assises avaient apparemment rendu l’âme. Les joies de Sunnydale, quoi. Heureusement, les filles étaient pleines de ressources. Et c’est ainsi que trois petites boules de lumières flottaient autour d’elles, les baignant d’une lueur douce et uniforme. Un petit sort de base, quoi. Doucement, Leena croqua dans son sandwich, sentant enfin la nourriture pénétrer son organisme. Mama mia. Aussitôt, son estomac grogna, en redemandant. Mais elle se sentait mal. Elle jeta un petit regard à son amie. Elle était vivante, Coraline non. La faim était quelque chose de typiquement vivant. Et même si elle essayait de ne pas s’empêcher de vivre pour sa petite fantôme, elle ne pouvait nier qu’elle se sentait coupable à l’idée de simplement vivre en sa présence. Elle était belle leur bande du lycée. Entre Blake le vampire foufou et Coco la petite fantômette plus vraie que nature, elle se sentait un peu coupable d’être restée en vie. Coupable d’être en vie, quoi. Non mais où va le monde, je vous le demande.

Croquant une nouvelle bouchée du bout des dents, Leena jeta un coup d’œil autour d’elle. Heureusement qu’il était déjà tard. N’importe qui serait passé dans le parc à cet instant l’aurait vue discuter seule, trop à fond dans sa conversation. De quoi se faire offrir très sympathiquement le numéro d’un bon psychiatre. Et ouais, le niveau intellectuel de Sunnydale avait beau être extrêmement démoniaquisé — quel beau mot inventé —, il n’en restait pas moins aussi bas et pitoyable que dans tous les autres endroits du monde, bouche de l’enfer ou pas. Et encore. Ici, c’était peut-être même pire. Niveau d’âge mental ; deux ans, en moyenne. Et parfois, on pouvait clairement dire que Leena n’y faisait pas exception. Un peu gamine sur les bords quand elle était avec ses amis, et qu’elle était de bonne humeur. Mais c’était pour jouer. Elle en avait conscience. Elle savait faire la part des choses. Comme ce soir. Et d’ailleurs, ce soir, quelque chose la tracassait un peu, en plus de la culpabilité de s’enfiler un sandwich devant quelqu’un qui ne peut plus manger. L’heure devait être grave. Elle pressentait que Coraline avait quelque chose à lui dire. Et quelque chose d’important. De grave, même, peut-être. La petite sorcière plongea son regard vert dans celui de sa vis-à-vis, lui adressant un léger petit sourire en rabaissant son sandwich. Elle sentait l’humidité de l’herbe transpercer son slim bordeaux, mais tentant de l’ignorer. Ramenant ses jambes en tailleur devant elle, faisant attention à ne pas tacher son pantalon avec ses ballerines, elle se décida finalement à reprendre la parole.

« Tu es sûre que ça va ? éè »

Sa petite voix fluette et posée avait résonné dans la nuit silencieuse. Bon, apparemment, il n’y avait personne aux alentours. Mais tout de même. Le comportement de son amie la mettait mal à l’aise. Elle la connaissait depuis bientôt une dizaine d’année, malgré les séparations et les pertes de contact. Et elle sentait aisément que quelque chose n’allait pas fort, fantôme ou pas fantôme.

« C’est si grave que ça … ? »

Non, la mine de Coraline n’était pas franchement à faire peur, ç’allait encore. Mais tout de même. Leena avait tendance à s’inquiéter rapidement pour tout et rien. Et là, elle aurait bien aimé savoir ce qui tracassait sa petite fantômette. Savoir pourquoi elles étaient là. La raison pour laquelle Coraline l’avait faite sortir ce soir. Savoir, quoi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Coraline Price
ÂGE : 30
ANNIVERSAIRE : 22/04/1989
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2012
MESSAGES : 802
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Nov 2012, 11:54 am
❝ be yourself, and accept it. ❞ ⧨ CORALINE. Tumblr_m35x4sSMcz1rujzhvo1_500❝ be yourself, and accept it. ❞ ⧨ CORALINE. Tumblr_ma7y9gdtKL1qzsojho4_250

Coraline était réellement nerveuse depuis deux jours, depuis qu’elle avait appris, ou plutôt compris que Leena comptait ressusciter son frère. En un sens, c’était quelque chose qu’elle pouvait comprendre. Elle ne se souvenait que trop bien de l’état dans lequel son amie avait été après sa mort. Elle aimait ce frère plus que tout et sa disparition brutale l’avait pour ainsi dire détruite. Oui, elle pouvait comprendre la tentation de ramener un être si cher parmi les vivants, de pouvoir une nouvelle fois l’avoir près de soi. Cependant, ce n’était pas pour autant qu’elle l’approuvait. Si elle avait été encore en vie, les choses auraient sans doute été bien différentes, il aurait même été probable qu’elle aurait fait tout ce qu’elle pouvait pour aider la jolie sorcière à parvenir à ses fins. Mais à présent, elle voyait les choses sous un tout autre angle : que Leena le veuille ou non, Thomas était bel et bien mort. Oui, il était parti trop jeune, tout comme elle d’ailleurs, mais personne n’y pouvait rien. A présent, il était en paix, loin de ce monde auquel il n’appartenait plus. Aux yeux de la revenante, le ramener, l’arracher à cette paix aurait été profondément cruel. Son amie avait-elle réellement l’intention de mettre ce projet à exécution? Depuis combien de temps le considérait-elle? Non, elle voulait croire qu’elle se trompait, que tout ceci n’était que le résultat de son imagination trop fertile. Mais elle avait vu les livres qu’elle utilisait, et elle avait rapidement fait le rapprochement. Il lui avait fallu un peu de temps, pour savoir quoi faire exactement de cette information. Puis, au bout de deux jours de réflexion, elle avait prit la décision de lui en parler de manière directe.

Elle l’appela pour lui donner rendez-vous dans le parc, en fin de journée. Connaissant son amie, elle savait que son emploi du temps était bien rempli et qu’il aurait été inutile de lui demander de venir plus tôt. De plus, cela lui éviterait sans doute d’avoir l’air de parler toute seule devant trop de promeneurs. Lorsqu’elle apparut en plein milieu du parc, ce fut pour voir que Leena n’était toujours pas arrivée, ce qui n’était guère étonnant vu que Coraline était en avance. Tant mieux, cela lui laisserait un peu de temps, le temps de préparer exactement ce qu’elle allait dire, et surtout, comment elle allait le dire. Elle devait bien admettre qu’elle était particulièrement peu à l’aise avec cette situation. Elle savait que leur entrevue risquait de mal tourner lorsque la sorcière connaîtrait son point de vue sur le sujet. Elle était désolée, sincèrement désolée qu’elle ait perdu son frère, mais malgré tout, elle ne pouvait cautionner ce qu’elle semblait vouloir faire.

Enfin, elle l’avait vue apparaître sur son vélo. Elle savait qu’elle aurait dû aborder le sujet assez rapidement, mais elle n’osa pas le faire. Au lieu de ça, elle l’avait regardée sortir son sandwich tout en s’excusant de manger devant elle. Elle semblait toujours réellement gênée, malgré le fait que la revenante lui ait dit et répété que cela ne la dérangeait absolument pas, et c’était vrai. Oui, elle savait parfaitement qu’elle était morte, ce qui impliquait qu’elle ne ressente plus ni la faim, ni la soif, et qu’elle n’ait pas besoin de manteau quand Leena paraissait grelotter à côté d’elle. Cette fois-ci, ce fut elle qui fut désolée de lui avoir proposé le parc, au lieu d’un intérieur plus chaud. Ne ressentant plus les variations de température, elle avait tendance à en perdre la notion, et surtout à oublier que les vivants, eux, pouvaient en souffrir. Elle ne sentait pas non plus l’humidité qui incommodait la jolie brune, et contrairement à elle, son souffle n’était pas visible.

Elles discutaient, de choses et d’autres, et pourtant, malgré tous ses efforts, Coraline avait de plus en plus de difficultés à dissimuler son malaise. Oui, elle se sentait coupable vis à vis de la petite sorcière, coupable de ne pas pouvoir la soutenir alors que depuis qu’elles s’étaient retrouvées, après sa mort, son amie n’avait fait que l’aider. Elle était toujours là lorsqu’elle avait besoin d’elle, la preuve en était là, elle était venue au rendez-vous malgré l’heure tardive, le froid, et le fait qu’elle n’ait visiblement pas mangé. Plus les minutes passaient, et plus le regard du fantôme se faisait grave. Bien évidemment, Leena l’avait remarqué et ne tarda pas à lui demander si tout allait bien. Elle la regarda un instant, avant de répondre.

« Est-ce que tu as l’intention de ramener ton frère à la vie? »

Elle avait eu l’intention de se montrer plus diplomate, plus subtile, mais les mots étaient sortis avant qu’elle ait pu les retenir. Au moins, tout était dit, l’abcès était crevé. Elle n’attendait plus que les explications de la sorcière.

_________________