WHEDONVERSE : TALES OF BUFFY

Forum de discussion sur l'univers de Joss Whedon
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 :: Archives temporaires ::  CARTE D'IDENTITÉ :: Fiches de présentations :: Fiches en attente Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

— I swear, I heard it talking to me ! ✤ REGH

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Morgan A. Regh
ÂGE : 29
ANNIVERSAIRE : 08/07/1990
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2013
MESSAGES : 73
Absence : Présence réduite
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Jan 2013, 11:07 am
MORGAN AERON REGH


Qualité ✤ Gentil, Calme
Vous avez dit gentil ? Eh oui. Malgré tout, Regh est un garçon plutôt gentil lorsqu'on arrive à le côtoyer. Ce sera rare qu'il vous fasse un sale coup, mais ce n'est pas pour autant que ses intérêts personnels passent avant ceux des autres.
De plus, même si ça tourne à 100 à l'heure dans sa petite caboche, à l'extérieur, ça ne se voit pas toujours. Il est d'apparence assez calme, la plupart du temps, et il le fait volontairement, ça attire moins l'attention des gens comme ça.
Défaut ✤ Asocial, Je-m'en-foutiste
Clairement, Regh n'aime pas les gens. À la limite de la misanthropie, il a pourtant parfois de drôle de comportements envers ses semblables (humains, pas forcément demi-démons, quoi que ceux-là il les supporte peut être moins que les humains). Il a une tendance naturelle à l'indépendance et l'isolement mais il peut lui arriver de changer radicalement d'attitude, surtout quand il boit.
Du reste, il s'en fout. On pourrait lui renverser un plateau repas sur la tête, qu'il garderait un air blasé et irait se nettoyer sans un mot (sauf, là encore, si il a bu, il pourrait se mettre en colère. On ne dirait pas comme ça, mais il est assez doué de ses poings). Une mauvaise note? Rien à fiche, son bus n'est pas passé ? Pareil. Bref, il en faut beaucoup pour l'ébranler.
Qualité ✤ Intelligent, Bon cuisinier
Regh est également intelligent. Oh, ce n'est pas un surdoué, il fait son bonhomme de chemin tranquillement, même s'il pourrait faire beaucoup plus s'il s'impliquait d'avantage. Niveau intelligence, il est juste au-dessus de la moyenne. Il sait écrire sans fautes, est très doué en maths et adore ça, avec la physique-chimie. Ce qui le démarque peut être le plus, c'est que dans les domaines qu'il aime, il a une culture extraordinaire.
Sinon, quand il est tout seul (ce qui arrive souvent) et qu'il peut faire ce qu'il veut, qu'il a un peu de temps devant lui et qu'il a faim, il aime beaucoup faire à manger. Ses spécialités sont surtout des plats sucrés-salés ou des plats plus traditionnels qu'il adapte à ses goûts.
Défaut ✤ Gourmand, Grossier
On dit que la gourmandise est un vilain défaut, pourtant, Regh ne l'entend pas de la sorte et il peut manger des tonnes de choses, équilibrées ou non, sans prendre un gramme. Les filles le haïssent très certainement pour ça, mais il s'en fiche. Très friand du sucré-salée, il aime aussi le Red Bull et les chips au paprika. Mais surtout, il faut toujours qu'il ait quelque chose à grignoter sur lui, sinon c'est la fin ! Et il vaut mieux qu'il ait toujours un truc parce que sinon il se servirait dans les frites du fast-food où il travaille et risquerait de se faire virer...
Entre autres choses, il n'est pas un exemple de politesse... Et il a tendance à laisser facilement échapper un gros mot. Ce n'est pas que ses parents ne l'ont pas bien élevé, c'est juste que son je-m'en-foutisme et son asociabilitée ne l'aident pas du tout à participer à l'hypocrisie générale de la société.



Je suis venu au monde le 21 mars 1990, dans les contrées de Californie, j'ai donc acquis 22 printemps. Dans la même veine, je peux vous dire que je suis américain et issue d'une classe sociale moyenne. On, comme qui dirait, ne choisis pas sa famille, n'est-ce pas ? Sinon, quoi dire d'autre ? Ah, ouais ! Je suis un demi-démon. Ce n'est pas pour me déplaire, je possède un joli éventail de capacités surnaturels ; en fait, je parle juste aux objets électroniques, les portables, les téléviseurs ou les frigo quoi. L'incongruité de cette nature ne m'est pas problématique, je suis parvenue à me dégoter un emploi, je bosse dans un fast-food en dehors des cours. Cool, non ? Outre le job, je sais bien me fondre dans la société, si bien que les gens on cette fâcheuse manie de me confondre avec Logan Lerman. C'est bizarre... vraiment bizarre.


HISTOIRE


« VIE, MODE D'EMPLOI : ETAPE 1 »
— PREPARER LES INGREDIENTS —

La recette pour faire un bébé, elle est bien connue. Du moins pour les personnes qui ont dépassé 13 ans. Enfin, il est très certainement possible, vu les temps qui courent, que les gens soient mis au parfum de plus en plus jeunes.
Bref, quoi qu'il en soit, quand on est deux – ou qu'au moins on dispose à la fois d'un spermatozoïde et d'un ovule dans le même environnement avec un utérus en état de marche – il est assez facilement envisageable de faire un enfant.
Enfin, à ce qu'il paraît, l'ingrédient principal, c'est l'Amour. Pourtant, en de très nombreux cas, on a déjà vu des bébés apparaître sans que cette spécialité ne soit présente dans la grande tambouille.

Bon, dans notre cas, on va dire que Papa et Maman Regh ont quand même mis de l'Amour dans le reste. Oh oui, même s'ils sortaient à peine de leur deuxième année de fac, ces jeunes inconscients s'aimaient. On ne pouvait pas leur retirer ça. Et c'est bien l'Amour qui fit que cette très chère future maman n'avorta pas.
Il faut avouer qu'à cet âge, il faut beaucoup de courage et d'amour pour garder un bébé.

Bref, pour faire vite, 8 mois plus tard, bébé Regh venait au monde. Un peu prématuré, pourtant en bonne santé. Ce que bébé Regh ne saura jamais pourtant, c'est qu'il était un jumeau transfuseur-transfusé. C'est à dire qu'à côté de lui grandissait son frère mais qu'un petit cordon les reliait entre eux dans le ventre de cette chère Maman. Et il faut dire les choses telles qu'elles sont : bébé Regh #1 absorbait les nutriments de bébé Regh #2 via ce cordon.
Papa Regh finit cependant par devenir de moins en moins présent, soit disant à cause de son travail, mais il ne manquait jamais un événement important de son petit bébé dévoreur de jumeau.

C'est la jeune maman qui éleva donc principalement son bébé, finalement nommé Morgan (elle voulait une fille à la base, donc elle s'arrangea avec le prénom...), avec l'aide de ses parents. Une aide financière principalement, mais aussi la garde du bout de chou lorsque Maman Regh trouva un bon travail.

Nous avons donc la plupart des ingrédients, à présent pour faire un bon enfant, à partir de notre bébé. De l'Amour, toujours, des personnes attentives et bientôt : la position debout, la digestion propre, et un début de langage.
Bébé Morgan parlait beaucoup. Et il parlait avec tout et n'importe quoi, ou presque. Principalement avec les appareils électriques et un peu les humains, en fait. Papy, Mamy et Maman trouvèrent cela mignon et ne s'inquiétèrent pas. Le grille-pain et le frigo devinrent les premiers amis du petit, parce que il n'avait pas beaucoup le droit de passer du temps avec la télévision... Pour les adultes, Morgan avait des amis imaginaires plutôt originaux.

Mais subissant souvent les moqueries de ses camarades, Morgan fini par comprendre que parler avec le frigo ou la cafetière de l'école, ce n'était pas vraiment normal... Alors maintenant, il se faisait discret, même s'il était toujours plus ami avec les appareils électriques que ses congénères.
Pourtant, il y avait une certaine catégorie d'humains qu'il appréciait particulièrement, en dehors de ses parents et grands-parents (son père, en passant, n'étant pas totalement humain, mais bon), c'était les professeurs. Les professeurs étaient aussi, dans sa tête, des gens biens et intéressants. En plus d'être passionnants.

Un dernier ingrédient à apporter pour être parés pour l'étape suivante : les livres. Bien que Morgan ne puisse pas converser avec eux, leur lecture le transportait dans cet autre univers qui l'accueillait les bras ouverts sans préjugés.


« VIE, MODE D'EMPLOI : ETAPE 2 »
— BIEN MELANGER SANS FAIRE DE GRUMEAUX —

Mais le travail est loin d'être fini.
Il vient alors une nouvelle étape, toute aussi délicate, si ce n'est plus. En effet, il va falloir mélanger tous ces ingrédients entre eux, sans laisser un morceau de coquille tomber par hasard dans le saladier, ne pas trop se précipiter non plus, tout en remuant énergiquement (mais pas trop, toujours, sinon une partie risque de quitter le moule), mais aussi en prenant soin de ne pas faire de grumeaux.

Le problème, c'est que cette étape très délicate, intervient après presque 11 ans de vie de l'enfant Regh (ou de tout autre enfant en cours de préparation).
Autre problème non négligeable, ce que jusqu'ici, il y avait encore peu de risques que des éléments extérieurs (mauvais, surtout) ne viennent perturber l'équilibre de nos ingrédients encore bien emballés.
Et enfin, dernier point qui n'en est pas moins problématique : on ne sait pas trop comment vont coller les ingrédients entre eux, sans parler de cette chose nouvelle qu'ils vont former tous ensemble.
Ce que l'on peut dire, c'est que Maman, Papy et Mamy Regh ont eu beaucoup de mal avec cette étape... Il en est ressorti un petit bout de coquille (« tant pis, ça croquera un peu sous la dent, ou bien on l'avalera ton rond sans faire attention »), et quelques grumeaux (« mais ça devrait être bon quand même, non ? »). Papa Regh était toujours là de temps en temps, pour les anniversaires, les remises de diplômes, les spectacles... En secret, il était quand même content de voir son fils parler aux machines (mais ça, personne d'autre ne le sait).

Le morceau de coquille, en fait, d'un point de vue métaphorique, psychologique, métaphysique, n'était pas si petit (l'humain a toujours tendance à vouloir minimiser ses erreurs). En effet, petit à petit, Morgan se coupa de plus en plus des enfants de son âge et préférait la compagnie des plus âgés, voire des adultes. Et bien sur des appareils électriques, qui restaient, et resteraient toujours, ses meilleurs amis et confidents.
C'est donc presque naturellement que ce morceau de coquille entraina la création des grumeaux : en côtoyant des gens plus âgés, Morgan s'exposait aussi aux risques et habitudes déplaisantes de ceux-ci : tabac, alcool, drogue, sexe même (mais rassurez-vous, les deux derniers pas avant 14 ans, bien que je ne suis pas totalement sûre du fait que ce soit rassurant...). Enfin l'alcool s'avéra un moyen presque idéal de faire passer ses conversations avec les machines comme un délire de bourré, permettant un garçon de pouvoir être lui-même sans se cacher, pour une fois.

Mais finalement, ce sont vraiment les professeurs et les appareils électriques qui furent son salut. Les livres un peu moins, il faut l'avouer, car ses lectures de l'époque le portait toujours plus loin dans cette direction dangereuse. Les professeurs, en effet, se rendirent compte de l'état étrange de Morgan qui avait toujours eu de bonnes notes et un bon comportement et qui maintenant n'était plus attentif et commençait à oublier complètement la politesse... Les machines, quant à elles, se virent du même côté que les enseignants, le frigo refusant même de s'ouvrir sans recevoir un « s'il-te-plait » au préalable.
Finalement, Morgan cessa de côtoyer les jeunes plus âgés et se mura dans un flegme sidérant qui inquiéta un peu ses professeurs et ses amis électriques au début, mais en voyant que sa vie redevenait plus saine et que ses notes remontaient, ils acceptèrent le compromis. Même si la politesse ne fit jamais réellement de nouveau son apparition, au moins il restait à peu près correct avec les gens à qui il devait le respect.

Bref, une petite chose de travers et ça pouvait être la catastrophe. La sociabilité de Morgan ne s'arrangea pas mais au moins, il était toujours bon à l'école et la solitude ne le dérangeait pas plus que ça.
Maman, Papy et Mamy Regh se disaient que au moins il n'était pas devenu un psychopathe meurtrier et qu'ils auraient pu faire pire.
Bon, le tabac, l'alcool, la drogue (les space-brownies surtout) et le sexe revinrent un peu dans la période lycée, mais en dose normale pour un garçon de cet âge.


« VIE, MODE D'EMPLOI : ETAPE 3 »
— METTRE AU FOUR PENDANT 30 MIN —

Quand tout est bien mélangé, il faut essayer de faire rentrer le tout dans un moule. Là encore, ce n'est pas évident. Il ne faut pas en mettre à côté et avoir prévu un moule assez grand.
Même si, au final, la métaphore a là un peu ses limites.
Morgan ne rentrera jamais dans le moule. Jamais vraiment. Tout simplement parce qu'il est impossible qu'il puisse rentrer dans un moule prévu pour les humains alors qu'il ne l'est pas vraiment. Ce n'est pas sa faute, ni celle de ceux qui se sont occupé de lui.

Il a même bien cru qu'il aurait du mal à entrer au lycée. Oh, pas à cause de ses notes, le fait était simplement que depuis quelques deux ans, la ville de Sunnydale se voyait le théâtre de drôle d'évènements... Il y avait bien des choses bizarres par le passé (lui-même parlait aux machines depuis toujours), mais deux ans avant l'entrée au lycée du jeune Regh, la ville et ses habitants avaient été les témoins de quelques bouleversements.
Enfin, cela avait peu d'importance, au fond, tant que les démons et autres êtres étranges ne venaient pas interrompre la classe de mathématiques avancées ou bien les repas. Et puis même si cela s'était passé, Regh aurait pris son plateau repas ou son cahier de maths pour aller ailleurs, avec une placidité profonde bien que présentant un léger ennui. De toute manière, il y avait réellement peu de chances que les démons lui en veuillent personnellement.

Quant au préchauffage et à la cuisson dans le four, la métaphore trouve de nouveau ses limites.
Il s'agit là simplement de finaliser le travail fourni précédemment, bon ou mauvais, ou moyennement bon ou moyennement mauvais. De le faire se raffermir et s'affirmer.
À partir de là, plus moyen de repartir en arrière à moins de tout recommencer à zéro. Et il n'était pas question, pour celui que l'on nommait maintenant plus souvent par son nom de famille que par son prénom, de se laisser effacer ainsi.
Il n'avait aucun problème avec ce qu'il était venu, et si les autres en avaient, ils pouvaient bien se brûler en essayant de le sortir du four.

Finalement, personne n'arriverait plus à le changer, à moins qu'il ne le décide lui-même.
Papy, Mamy et Maman Regh l'avaient peut être même laissé trop longtemps dans le four. Il se retrouvait alors un peu plus cuit et un peu plus dur que ce qu'il aurait du être à la base. Immuable garçon dans son univers de mathématiques, de livres et d'objets électriques en tous genres.

Les années lycée passent, dans la chaleur constante du four.
Il est vaguement au courant de ce que pensent les autres de lui. Ou bien il ne l'est pas. Au fond, il s'en fiche vraiment.
Il est l'un des meilleurs de sa promotion. Mais pas le meilleur. Peut être qu'il aurait pu. Peut être pas. Mais il s'en fiche. En plus, comme ça, il n'attire pas l'attention.

Regh est au fond un garçon assez banal, c'est ce qu'on dirait. On le dirait parce qu'on ne fait pas attention à lui, donc on ne sait s'il est différent ou pas.
Comme tous les jeunes somme toute assez banals eux aussi, il va à l'université. De Sunnydale, parce qu'il n'a pas l'ambition d'aller ailleurs. Et quand il n'a pas cours, il travaille dans un fast-food pour se faire de l'argent, pour s'acheter des livres et des cochonneries à grignoter.


« VIE, MODE D'EMPLOI : ETAPE 4 »
— DEGUSTER TIÈDE —

Et voilà. Notre œuvre sort du four.
Il est un peu dur et foncé sur les bords, mais bien mou et chaud à l'intérieur. Il s'est également un peu rétracté, quittant les bords du moule comme s'il ne voulait pas être en contact avec cette chose qui le bride.
Il aurait peut être voulu croitre un peu plus, qu'on mélange à ses ingrédients un peu plus de levure. Mais il est ainsi à présent, on ne peut plus rien y faire.

On le sort du moule et on le pose sur un beau plat (« comme ça on verra moins qu'il est un peu roussi » avait dit Papy). Il faut le laisser tiédir un peu, histoire que l'on puisse l'approcher, le toucher et le goûter.
Regh s'éloigne de sa famille et commence ses études à l'université, poursuivant ses études scientifiques. L'ambiance de la fac lui plait, c'est un peu chacun pour soit et il peut s'asseoir seul dans un coin de l'amphithéâtre sans que ça soulève des tas de chuchotements et de moqueries. C'est un nouvel avantage qui est assez considérable. En effet, Regh se surprend à présent à regarder les gens, de loin, à les examiner et observer leur comportement. Comment ils sont entre eux.
Et il se dit qu'il est bien content de ne pas trop se mélanger.
Pourtant...
Il observe les manières des filles... Elles sont encore plus bizarres que les autres. Enfin, en quelque sorte. Et puis quand elles voient qu'il les regarde, elles détournent vivement la tête et ne tarissent plus de murmures animés avec leurs copines. Cela lui rappelle un peu l'époque où il sortait avec « les grands ». Maintenant, c'est lui qui est grand, mais il ne fait plus ça.

Les options philosophie et psychologie viennent s'ajouter à son cursus, finalement. Et bien qu'il ne participe pas vraiment en cours, ses professeurs sont particulièrement surpris de ce qu'il peut noter dans ses copies. Surtout en sachant qu'il vient en fait de la filière scientifique... mais, au fond, les grand scientifiques font d'assez bons philosophes, n'est-ce pas ?
Regh finit de nouveau par fréquenter le Bronze et assister aux soirées, bien qu'il ne danse jamais. Mais il observe les jeunes (et les moins jeunes) se trémousser ou se lancer dans leur parade amoureuse, et parfois même se ratatiner royalement alors que le liquide doré et pétillant des bières coule sans rencontrer d'obstacle dans sa gorge.

Parfois, il est appuyé contre une table ou près du comptoir, et il entend divers appareils électroniques se plaindre du traitement qu'ils subissent. Parfois, Regh ferait bien la conversation avec eux, mais la plupart du temps, il leur demande juste, un peu ronchon, de se taire et de le laisser écouter la musique tranquillement. Après tout, ce n'est pas parce qu'ils se plaignent que ça changera quelque chose. Surtout que personne ne les entend, de toute manière.
Mais parfois, c'est vraiment drôle, quand les téléphones portables se font la cour aussi bien (ou mal) que leurs possesseurs, ou encore se plaignent des textos ou des appels débiles qu'ils doivent subir.
Et le top du top, c'est vraiment quand ils échangent les secrets croustillants.
Regh apprend pas mal de choses dans ces moments-là et il se retrouve de temps en temps à sourire tout seul, le nez dans son verre de bière.

N'oubliez pas, il faut le déguster tiède, sinon il perd tout son moelleux.



JE SUIS

Je m'appelle Crevette et j'ai 22 ans. Je viens du trou du cul de la France et j'ai connu le forum grâce Poison Ivy. Si j'avais un commentaire à faire ce serait le suivant : j'aime beaucoup les environs, et on m'a dit qu'il y avait des cookies... Code de validation validé par Alexis.

_________________


Je suis un astronaute de l'espace !
These people 'round here
With their beat down eyes sunk in smoke dried faces
They're resigned to what their fate is
But not us, (no never) no not us (no never)
We are far to young and clever

(ou pas)
Le Sushi-Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
Joe E. Wolfgang
DATE D'INSCRIPTION : 18/01/2013
MESSAGES : 69
Absence : Présence réduite
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Jan 2013, 11:11 am
Mon petit choux à la crème ! *0*
Comment j'suis trop contente que tu sois là ! awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome awesome
Revenir en haut Aller en bas
Morgan A. Regh
ÂGE : 29
ANNIVERSAIRE : 08/07/1990
DATE D'INSCRIPTION : 20/01/2013
MESSAGES : 73
Absence : Présence réduite
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Jan 2013, 11:20 am
Yeah mon MAGICARPE !!

C'est grâce à toi !!
dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing dancing

_________________


Je suis un astronaute de l'espace !
These people 'round here
With their beat down eyes sunk in smoke dried faces
They're resigned to what their fate is
But not us, (no never) no not us (no never)
We are far to young and clever

(ou pas)
Le Sushi-Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
Joe E. Wolfgang
DATE D'INSCRIPTION : 18/01/2013
MESSAGES : 69
Absence : Présence réduite
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Jan 2013, 11:21 am
XD ...
Le pire c'est que j'ai rien fait, pour une fois ! (a)

_________________
— I swear, I heard it talking to me ! ✤ REGH Tumblr_mguc0aASD41qjnc56o1_500— I swear, I heard it talking to me ! ✤ REGH Tumblr_mguc0aASD41qjnc56o2_500